L’art de rester anonyme sur les réseaux sociaux

L’art de rester anonyme sur les réseaux sociaux

Quand j’ai commencé à aller sur twitter, c’était pour chercher des informations sur un sujet précis et je n’avais donc pas jugé utile de me rendre visible et de lever mon anonymat aussi bien pour mon identité que pour mon sexe.

Au fur et à mesure du temps, je trouvais très intéressant de brouiller les pistes concernant mon sexe alors que certains des intervenants échangeant avec moi en public s’obstinaient à vouloir savoir comme si cela devait modifier le sens de mes propos.

En majorité ceux qui aiment connaître le sexe de leurs interlocuteurs sur les réseaux sociaux sont des hommes et ce quelque soit les sujets abordés. Je ne sais pas ce qui peut motiver ce besoin mais je me suis amusée pendant des mois à ne pas me dévoiler en utilisant du vocabulaire neutre et en faisant des phrases dans lesquelles nul accord avec moi en tant que femme était indispensable (j’ai horreur des fautes d’orthographe) ; au besoin, je modifiais la phrase. J’avoue avoir été presque euphorique quand certains exprimaient publiquement leur interrogation.

Quand un jour, mon sexe ne fut plus anonyme, certains hommes se sont vraiment indignés que je sois une femme alors qu’ils pensaient avoir des échanges avec un homme sachant qu’être un homme ou une femme pour parler du vélo, le sujet abordé, ne modifiaient pas les arguments avancés dans notre fil de discussion.

Après cette expérience, j’ai décidé de ne plus garder mon compte anonyme en ajoutant mon prénom à mon pseudo et une photo de moi comme profil.

C’est assez drôle de voir la réaction de certains quand ils voient une photo de femme que ce soit le visage ou une autre partie de son corps.

Pour des « twittas » (des femmes sur Twitter) avec un profil identique au mien, nous recevons assez régulièrement des DM d’hommes avec qui nous n’avons jamais interagi et qui voudraient faire connaissance et surtout s’offrir des instants coquins avec nous.

Pour les « twittas » ayant un compte au contenu plus sensuel, j’ai vu qu’elles devaient aussi face à des envois de DM intempestifs, contenant parfois des photos des attributs de l’envoyeur.

Ce soir, alors que je découvre à peine Facebook, j’ai reçu plus de 150 invitations à devenir ami, la très grande majorité provenant d’hommes

J’ai accepté une vingtaine de demandes en début de soirée et immédiatement après certains, beaucoup trop m’ont envoyé des messages privés. J’ai commencé à parler avec quelques-uns et je me suis demandée : que veulent-ils ? Qu’attendent-ils de moi ?

J’ai rajouté dans mon profil le fait que je suis mariée et les demandes ont continué à affluer quand même.

Je sais que si je n’avais pas mis mon prénom ni de photos de moi, je n’aurai pas été autant importunée et j’avoue que cette situation m’énerve

Ayant un peu d’expérience avec les réseaux sociaux maintenant, je me dis que les plus jeunes d’entre nous et celles qui débutent sur la toile ou les diverses applications sociales doivent se sentir soit agressées soit très flattée par toutes ses sollicitations, tout dépend de leur état d’esprit. Le problème c’est que dans un cas comme dans l’autre la femme est victime de la perversion de certains hommes et que cela peut causer chez elle des dégâts psychologiques.

En toute franchise, si je n’avais pas un but précis à être sur Facebook, je pense que je clôturerais mon compte actuel et que j’en rouvrirais un autre plus anonyme

Si j’avais un conseil à donner, j’inciterais tous ceux qui ouvrent un compte sur les réseaux sociaux à le maintenir anonyme pour éviter ce genre de sollicitations improbables et pour la grande majorité totalement déplacées.

Article écrit par Claire

Twitter : @prudclair

Son Facebook : https://www.facebook.com/claire.ad.7

Un petit like sur ma page Facebook si vous aimez cet article.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :