Cultiver la jouissance de l’instant présent

Cultiver la jouissance de l’instant présent

Cultiver la jouissance de l’instant présent

Notre existence à tous subit une certaine influence des temps futurs ainsi que la lourdeur de ce qui s’est déroulé avant, quand nous ne pouvons influer que sur le présent. De telle manière, se cantonner à n’exister qu’à travers le passé et le futur amène à broyer du noir.

Cultiver la jouissance de l’instant présent c’est aussi Demeurer et exister dans le moment présentent des privilèges incalculables. Néanmoins, cela nécessite de jouir de l’existence dans l’instant, ce qui s’avère compliqué à mettre en pratique. On Cette complexité est observée les personnes se rendant chez un psychologue, étreints d’angoisses et de mélancolie non contrôlées. Seulement elle se discerne aussi dans des routines plus universelles et générales. Vous en rendez-vous compte ?

Notre mémoire des temps révolus est souvent mélancolique, surtout concernant nos crises de rire à faire mal au ventre. Quelque fois, nous imaginions sur l’instant qu’ils s’éterniseraient. Nous envisageons de nombreux chemins pour l’avenir, escomptant qu’ils soient excellents et singuliers. C’est pourquoi nous nous occupons à nous remémorer et à projeter, accaparés par ce qui a été avant.

La frayeur des temps révolus

Il est nécessaire de l’admettre, nous nous sommes tous enracinés aux temps révolus. C’est un fait utile. En tant qu’Hommes, notre histoire nous détermine. A mesure que nous vivons, il est attrayant de réintégrer les temps d’avant alors que, dans les temps actuels, nous n’arrivons à percevoir du constructif. Ainsi, nous est-il permis de nous remémorer des instants bienfaisants, faisant d’eux un eldorado inestimable !

Le danger résulte dans le fait de s’accrocher aux temps révolus au lieu de continuer à avancer et à progresser. C’est un combat qui peut altérer notre équilibre mental. Particulièrement si nous réanimons de manière obsédante les temps terminés.

Par conséquent, certains vestiges du passé avivent en notre être un désarroi bouleversant. Il est question de chagrin et de sentiment de faute qui nous accablent spécialement si nous ne savons quelle attitude prendre par rapport à eux.

L’indécision d’un futur à façonner

Nous avons tous été victimes de ce cercle vicieux, d’un esprit qui ne cesse de tourner, tourner sans repos et provoque une trop grande anxiété concernant le futur. Cette pratique usuelle dans nos civilisations actuelles et fixée par la façon de vivre la plus courante, astreint notre intellect à épuiser ses capacités par une attention permanente.

Le futur est terrifiant, et la crainte suscitée surgit à cause des images d’Epinal sur les « périls les plus alarmants ». C’est une tactique à laquelle, en tant qu’humain, nous avons fréquemment recours pour subsister. Malgré tout, cette tactique n’est valable que si nous ne sommes pas totalement intolérants à un peu d’indétermination et que nous essayons de prévoir pour échafauder des parades et abaisser les angoisses.

En ce lieu et présentement : notre plan de conduite

L’unique chose sur laquelle nous avons du poids avec nos agissements est le temps présent, celle qui passe au moment de votre lecture de cet article. Il n’est possible de mettre à profit que ces instants de notre existence car cette dernière n’est finalement qu’une agrégation de ces instants uniques.

Quand nous nous baladons entre temps révolus et temps futur, nous devons faire la part des choses et savoir concrètement les embuches qui nous amènent sur ce chemin. Il est essentiel que nous cultivions de débrancher notre sensibilité de ce qui se passe et de distinguer les chemins inédits pour continuer à cheminer. Un des moyens pour y aboutir est de se positionner dans l’instant et de jouir de l’existence dans l’instant.

Ce n’est pas un jeu d’enfant à mettre en pratique mais avec l’expérience, il est possible d’assimiler cette conduite à notre registre. La phase initiale est d’être en mesure d’adhérer au principe que des bifurcations sont courantes sur notre trajectoire. L’existence est la transformation perpétuelle et le cheminement. Admettons nos considérations existantes comme appartenant à l’instant.

Nous sommes à la place qui nous revient pour jouir de l’existence dans l’instant.

Jouir de l’existence dans l’instant

Régulièrement, il nous faut stopper l’immobilisme de notre réflexion polarisée, la stopper et réorienter ses cahots. Il est essentiel d’en terminer avec cet affolement ou au minimum avec cette conversation néfaste avec soi-même bien que celle-ci peut être routinière. C’est uniquement à compter de ce point qu’il nous est possible d’assimiler la dimension qui nous met à notre place dans l’instant et qui nous fait jouir de l’existence dans l’instant.

Pour y arriver, il est possible de pratiquer une attitude d’attention intentionnelle et de présence vigilante. Cette méthode sert à ouvrir pleinement notre acuité à accueillir l’instant. Ainsi, la quiétude ressentie grâce à elle, nous permet de faire face et pas uniquement de riposter face aux évènements sur notre chemin.

Il est juste nécessaire de se stopper pour examiner tous les instants de notre existence. En les scrutant bien, les plus captivants sont ceux où la quiétude transparait. Nous ne les poursuivons pas, seulement ils ont été perçus quand nous existions en ce lieu et présentement.

Cultiver la jouissance de l’instant présent vous a plu je l’espère. Likez mes pages, ça me fera plaisir.

Tous mes réseaux sociaux :


facebook.com/KevinDupuisEnergies

https://twitter.com/kevindupuis_fr

https://www.youtube.com/channel/UCs6C1YZXWdQaGR6DR4qUIkQ



Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*